[Yellow Shooter] Circuit national Martinique

par le dans Loisirs
Environ 4 minutes de lecture

De retour de la Martinique.

Premier voyage pour le Tir.

Premières embuches avec la compagnie aérienne, voyager c’est déjà pas simple, mais avec une arme ça l’est encore moins, alors imaginez avec deux carabines.

On passera sur l’amabilité des agents de comptoir voulez-vous ? Vol avancé de 30minutes, et 30minutes d’attente non justifiées nous amènent a un retard conceptuel. Bref !

Embarquement, décollage, on découvre très vite que les coupes budgétaires sont si intenses que la petite boisson fraiche bien méritée, anciennement servie à bord n’est plus qu’un vague souvenir. Soif vous aurez de bout en bout.

Positivons ? Martinique l’ile aux fleurs, en route pour de belles aventures, voiture de location chargée de nos 3 athlètes, 2 sacs de carabiniers, 2 malettes de carabines et d’une 1 valise, direction le stand.

C’est vrai que mon cerveau est très productif, du coup mon imagination mélée aux différents comptes instagram que je suis pour le tir, je m’étais imaginé tout autre chose que ce que j’ai découvert à L’ACOM.

Haut perché dans la montagne, c’est un tout autre climat qu’a notre arrivé qu’on y trouve.

Breves présentations avec la très gentille Patricia, nous voila en préparation pour tater ce stand en intérieur.

Pour une fois je n’aurais pas chaud dans ma tenue de tir, et j’ai presque froid d’ailleurs, merci l’altitude et la pluie qui a attendu qu’on s’installe au stand.

Premiere surprise, la luminosité ! C’est sombre ! TRÈS sombre, mes filtres chromatiques et le changement d’ouverture de mon iris n’y changent rien.

La lumière artificielle c’est bien parce que c’est constant mais comparé a d’habitude avec nos cibles en plein soleil c’est vraiment différent.

Les visées sont tout de suite plus longues.

Surprise numéro 2, les rameneurs électriques, c’est beau ça va vite ! un bouton et zip c’est la zap c’est parti. Le placement des cartons est un peu compliqué ou question d’habitude. On s’y fait.

En tout cas c’est reposant, pas besoin de jouer du coude entre chaque tir.

Surprise numéro 3, c’est stable ! le bouger est minime, tellement que les coups ont du mal a partir, je me retrouve a tirer quand mon bouger s’active en fin de visée, pour retrouver mes marques.

La fatigue de la journée s’installe ainsi qu’un début de céphalé, surement du a la luminosité et l’effort de visée, j’écourte l’entrainement.

Le lendemain c’est la manche 10mètres, reveil matinal, petit déjeuner rapide a l’hotel, pas trop de choix pour le tireur sans gluten, je me rabat sur les protéines et les fruits. Mon BulletProofCoffe me manque déjà.

Arrivée au stand en premier, ça change et me laisse le temps de m’installer tranquillement.

Changement de poste de dernière minute et la c’est le drame.

Je ne réussis pas a trouver mon placement, les marques délimitant le poste au sol sont décalés, le bouton du rameneur est décalé dans l’autre sens et je me retrouve désaxé face au cibles, mes essais sont corrects, je passe au match et la deuxième drame, le soleil se lève.

Mais, comment ça ? C’est un stand indoor, pourquoi il nous parle de soleil ?

Je me suis dit pareil, mais j’ai découvert a ce moment précis qu’il y avait une ouverture bien lumineuse en arrière du stand et ce malin soleil s’y engouffre pour créer un vilain reflet dans mon dioptre, je vois presque deux cibles, c’est génant. Je comprends d’un coup l’utilité des visières de mes amis carabiniers.

Prochain achat.

On s’adapte et ajuste avec quelques clics, un changement de placement… Toujours pas fameux, esprit positif, je reste concentré et prends mon temps.

Au final je ne me suis senti bien que dans mes deux dernières séries.

Les résultats l’ont confirmé 576,5 : 89.8 – 98 – 95 – 95,1 – 97,0 – 101,6

J’étais venu pour faire une meilleure performance que d’habitude, l’adaptation prend plus de temps que je n’en avais. Hélas !

On fera mieux demain pour la manche 60 balles couchées.

A nous, le 50 mètres.

Bien reveillé, et prêt pour faire de mon mieux, c’est la 4eme fois que je tire a 50mètres cette saison, et c’est mon 2ème match.

Je suis seul a tirer couché à cette manche les deux autres tireurs, disputent leur épreuve de 3×40. Je m’y mettrais pour la prochaine saison.

Préparation et essais, la aussi les cibles sont plus sombres qu’a la maison mais c’est quand meme mieux qu’au 10mètres, je prends mon temps et applique ma position.

Je charge ma premiere balle de match et incident de ciblerie chez un autre tireur.

10minutes plus tard on reprend et je commence mon match plutot bien,

deux autres incidents sont survenus pour une compétition a intermittence.

On etait en auto gestion, l’arbitre a du oublier la compétition de ce matin. Je gère mon temps sur mon chrono tranquillement.

Je me sens vraiment bien dans mon tir, et enchaine les coups pas de super groupements mais on reste dans la zone du 9… quelques 8 je pense. Ma lunette est a ses limites avec la faible luminosité, je devine mes coups.

Tir terminé et résultats 584,1 : 98,1 – 96,4 – 96,5 – 98,4 – 96,9 – 97,8

Satisfait. Retour à la maison, motivé pour continuer l’entrainement et préparer les prochains voyages sportifs.

Merci à Alain pour les précieux conseils, le temps et la compagnie durant ce court voyage, ce fut très sympathique.