Image: Sur la route de briques jaunes

Sur la route de briques jaunes

by on under Business
9 minute read

Salut les gens ! Revirement de situation, virage à 72,4 degrés (non Celcius)

et me voila salarié

«Quoi comment ça ? Ohhh le faible, VENDUUU, mythooo»

D’autres au fond dirons,

«j’étais sur qu’il aurait pas duré en indé celui la, entrepreneur c’est ça, mon cu…»

Et je vois déjà le sourire soulagé de mon père, qui va croire que je suis enfin retourné à la raison, encore un peu de patience et je vais recommencer à boire du lait et manger des pâtes (oui oui,  on parlera alimentation bientôt).

Aah ces humains, si prévisibles.

Comme mon titre et cette photo issue du magicien d’Oz (merci @Detta), je suis mon chemin et il est forcément sinueux, l’important est bien d’avancer, n’est-ce pas?

Du coup rentrons dans les détails ?

Je suis prestataire de services informatiques depuis maintenant quelques années. J’ai ouvert mon auto entreprise en septembre 2013, _(et on parlera du pourquoi vous ne devriez pas utiliser ce statut, très bientôt).

D_‘abord pour facturer un client ponctuel pour des services rendus alors que j’étais encore en cours.

Depuis, je n’ai pas été réellement régulier dans cette voie. Avec les études j’enchaînais les stages et ma vision m’orientait plus vers le salariat :

Un bon poste dans une «grosse boite» à développer de belles solutions informatiques.

Puis un stage dans une start-up (Sooyoos, peace les gars) m’a ouvert les yeux, les petites boites c’est bien plus stimulant et cool. Les pauses Gaming du Midi et la bière du vendredi aprèm n’y sont pour rien (Je bois même pas de bière, eurk).

Ma dernière expérience pro en Master 2 fut 1 année en contrat pro, chez un grossiste en pharmaceutique.

Fiche de poste : assistant responsable informatique.
Le pauvre était seul à tout gérer pendant un gros projet de changement de système informatique.
Et malgré le fait que j’avais espoir de décrocher un CDI en signant le contrat le 1er jour, j’en suis sorti soulagé à l’issu de mon contrat d’un an, j’ai évité les coupes budgétaires et le changement d’ambiance qui grandissait déjà à cause de la situation financière de la boite.
De plus, j’étais déjà blasé de la routine du job après les 3 premiers mois en alternance (3jours boulot / 2 jours école). Rajoutez en 3, saupoudrez 6 mois à temps plus que plein, secouez le tout et vous avez un freelancer motivé a enchaîner les projets innovants et surtout motivants.
D’ailleurs d’autres événements (à suivre…) ont fait évoluer ma vision de moi même dans le futur proche de l’époque. Et celle-ci à encore changée aujourd’hui fort heureusement.

À quoi servirait tout ce développement personnel (avec lequel je vous saoule inspire) sinon ?

On en est où ?

Depuis 2015 j’évolue en tant qu’entrepreneur, même si je ne me considère pas encore totalement comme tel.

Ma vision de moi même entrepreneur manque encore de… …d’entreprises ! (Ahah vous ne vous y attendiez pas ?)

Oui je n’ai à mon actif qu’une auto-entreprise et vous verrez dans quelques lignes que je n’écris pas ceci depuis mon siège à bascule en billets mauves.

(Les billets mauves sont une référence au billet de 500€ que vous n’avez comme moi surement jamais touché. Bisou)

Synthèse de ces 3 dernières années ?

Si c’était a refaire, je le ferais surement de la même manière et oui je ne suis absolument pas partisan du «si j’avais su».

J’ai fait ce que j’ai cru bon de faire sur le moment, donc NO REGRETS!

Développeur free-lance en Guadeloupe ? Comment c’est ?

Je parle en mon nom, et d’autres auront peut être une toute autre vision des choses. Je n’en ai pas encore rencontré, hélas.

Comment vous dire ? «C’est compliqué ??»

L’écosystème n’est pas prêt et l’était encore moins il y a deux ans.

Pourtant j’ai survécu jusqu’à aujourd’hui sans trop de soucis. (Ma banquière vous tiendrait un tout autre discours…)

Et ce sans prendre de client à l’étranger, ce qui est un choix, je suis inscrits sur plusieurs plateformes de codeur.com à 404jobs ou je ne sais plus quoi.

Au fond, j’ai réellement, et depuis le départ, voulu aider et faire évoluer nos îles, bosser sur des projets locaux et concrétiser des idées pour nous.

Sans faire de pub, j’ai quand même pu avoir des contrats régulièrement. Comme quoi le bouche à oreille c’est vraiment quelque chose ici.

La majorité des projets sur lesquels j’ai bossé sont morts, c’est dommage et c’est la vie dira-t-on.

Je ne parlerais pas de problèmes plus que ça pour ne pas continuer à donner vie au cliché. Et enfin casser cette boucle infernale.

Dièse (#) STOP TCHOKEURS 2017

Vous savez déjà trop bien ce qu’on dit du «guadeloupéen» ou de «l’Antillais». D’ailleurs, certains continuent à se définir par ces clichés quand cela leur semble opportun… «ah tu sais, le quart d’heure Antillais blabla» 
Vous perpétuez ces mauvaises traditions. Shame on you !

Ce fut une belle épopée et j’ai bien grandi.

Je me suis affirmé, j’ai appris à parler à des inconnus, à transformer ces mêmes inconnus en clients, ces clients en amis… Et des idées en projets concrets.

C’est puissant quand je penses à l’avant / après…

J’étais jeune et timide, je n’arrivais pas à parler de prix ou donner mon opinion quand elle allait à l’encontre de celle du potentiel client.

J’ai parfois manqué de sérieux et depuis je fais tout mon possible pour ne pas avoir l’étiquette du «tchokeur» dans la street.

Car nombreux sont les projets que j’ai du reprendre par manque de sérieux du premier prestataire. C’est triste ET CHIANT de reprendre le travail sale d’un autre (ok, je vais commenter mes codes avant de parler) !

Maintenant je sais ce que je vaux, combien de temps me prends telle ou telle tache et je sais aussi dire NON!  quand un projet ne m’intéresse pas. (J’ai appris récemment, en lisant cet article)

Mes tarifs ont forcément augmenté par rapport à mes débuts.

Je me souviens de mes premiers sites e-commerce à 400€ tout compris qui se sont retrouvés avec zéro visites (même pas 1 de la personne qui à payé pour le créer) o_u des flyers/logos a 75€. _Bref.

J’ai toujours de l’argent dehors, une belle somme d’ailleurs.

Si vous lisez ceci, mon RIB n’a pas changé 😉 de toutes façon l’Univers me le rendra.

Je me suis détaché de la somme inscrite sur le devis et ça change clairement la donne. D’ailleurs, ça m’inspire une série de conseils « anti-tchokeur ».

Alors pourquoi ce revirement de situation ?

Pourquoi j’ai accepté ce poste de salarié.

Je suis moi même encore perplexe et je commence dans 5 jours, en écrivant ceci je n’en ai pas encore parlé à mes parents alors que j’ai vu ma mère ce matin (quel fils ingrat).

C’est un choix mûrement réfléchi et ce qui tombe bien pour le coup c’est qu’on me propose pour commencer un CDD de 3 mois. J’ai de quoi me retourner si besoin.

La tache est la même que mon activité (principale) actuelle. Développeur Web.

Pourquoi j’ai pris le poste ?

D’abord, c’est un ami très spontané et je ne saurais pas trop comment vous l’expliquer mais on va dire que si ce mec te parle d’un truc et qu’il t’y vois, c’est pour une bonne raison.

Du coup j’ai écouté son intuition et contacté mon futur responsable pour fixer un entretien, à la suite de celui-ci le feeling est bien passé, on est sur la même longueur d’onde et je vois déjà ce que je pourrais apporter à la boite.

J’ai quand même mis du temps à dire oui. J’aime réfléchir longtemps…

Qu’est-ce qui m’a fait prendre la décision ?

Je voulais déjà depuis plusieurs mois arrêter de prendre des clients et me consacrer à mes projets d’entreprises.

C’est compliqué quand ton activité principale te demande toutes les compétences de ce que tu essaies de lancer à coté. Sans parler du côté lancinant des finances, quand tes contrats s’enchainent au compte goutte et que tu as plus de devis dehors que de bon pour accord.

Probablement du au système local, du j’ai une idée je cherche des devis et ensuite je chasse les subventions… c’est un autre débat, je m’égare.

Un nouveau revenu «fixe»

(Évidemment ce ne sera pas ma seule source de revenus) pour renflouer les caisses et permettre une visibilité financière plus lointaine.

Le salaire est plus bas que ce que je suis censé valoir (ailleurs), ça suffira surtout que mon objectif premier n’est pas de changer de mode de vie, plutôt stabiliser un bon pécule.

Ce qui me chiffonne un peu ?

Les horaires de bureau, mais je peux surement négocier quelque chose de sympa avec mon nouveau responsable. Car j’ai aussi des objectifs sportifs donc une régularité à avoir dans mes entrainements.

D’autant plus que TOUT LE MONDE sait que travailler 8H par jour n’a aucun SENS ! A.U.C.U.N.

On en parle dans un autre épisode ?

AH oui, autre point fortement chiffonant, ils me fournissent un MACBOOK PRO…

«Oh la chance, j’aurais trop aim……»

Chuut, Quelle insulte ahah ! Ça m’embête car j’aime pas ces trucs la…

Et en même temps, c’est un nouveau joujou donc on va pouvoir le booster a fond (le geek en moi à hate d’y installer plein de trucs cools)

SUPER Point positif : Nouveau bureau = 1 clavier supplémentaire à commander & Mécanique celui la ! OUI.