Image: Dis moi ce que tu manges et je te dirais pourquoi tu glandes

Dis moi ce que tu manges et je te dirais pourquoi tu glandes

par le dans Alimentation
Environ 5 minutes de lecture

Lundi matin.

En temps normal je ne fais pas attention aux jours de la semaine.
Qu’on soit lundi ou vendredi, n’a pas d’importance. Dès le réveil je sais que je vais passer une bonne journée.

Aujourd’hui, c’est différent.
La journée est, et sera, bonne. Je vous écris ceci les yeux plein de fatigue, il est 15h17 et je n’ai qu’une envie, rentrer chez moi me poser sur mon trône de céramique. Non je ne donnerai aucun détail.

Je sais parfaitement pourquoi je suis dans cet état. J’ai délibérément fais l’action de prendre les décisions qui m’ont mené jusque la.
Alors cela peut vous paraitre tragique, non personne n’est mort, je n’ai encore vendu mon âme à qui que ce soit, ET Et… ma Nappy De Compagnie a toujours ses deux reins (et ses cheveux) ne vous en faites pas.

Je parlais de choix du coup… Revenons-y.

Toute cette histoire a commencé vendredi, après une bonne semaine de travail.
Une intervention hors du département [lien de l’article ? (bah non, je n’ai pas écrit d’article sur mon passage à Simplon marie-galante LOL)] et de très longues journées à cumuler les projets.
On avait faim, vous savez le genre de faim qui ne vous donne pas envie de rentrer chez vous préparer un truc cool, NON, la faim qui appelle du sale, du cher ou du très sale.

Frites et Poulet de Johnson à grand camp ?

C’est le petit truc jaune allumé le soir du mercredi au vendredi, à coté de l’Épicentre de Grand-camp, la même rue que la Baraque Verte mais en BIEN MEILLEUR, vraies frites de pomme de terre et un poulet EXQUIS.
Non pas envie, on y passe quand même et c’est la queue + la galère du carnaval au Raizet. Oublions.

Sushis ? Bof, ceux qu’on veut (Sushis D’Lyss à Sainte-Anne) sont loins, il faut commander à l’avance et on a faim tout de suite.

Ok, boom, allons chez Bokit Delux.
C’est à coté (Rue Chambertan a Pointe-à-pitre), c’est pas « cher » et ça vient d’ouvrir.
Boom, c’est décidé, Boom on à trouvé, Boom on est garé, Boom c’est blindé, Boom en fait ça va vite, c’est juste minuscule. Boo… bon y a assez de bruitages pour aujourd’hui.

Choisi, commandé et payé, la faim nous fait bouffer dans la voiture sans attendre quelconque endroit assez sec, confortable et intéressant ou déguster ce met DELUX.
C’est délicieux, des saveurs qu’on à pas l’habitude de consommer dans un bokit (ou ailleurs). Et ça cale malgré l’apparence trompeuse d’un petit bokit. Certes petit par la taille, mais bien rempli.

On en était conscient avant même de se garer. Un bokit c’est de la farine de blé frite dans de l’huile.
La farine de blé contient du gluten.
Le gluten nous défonce l’estomac.

«Ça ira !»

(Je ne parlerais même pas de la nocivité de la friture pour notre petit corps humain parce que vous n’êtes pas encore prêts.)

Comme dit comme fait 1heure après le plaisir d’ingérer ce met raffiné, alors que le gout du porc mariné au sirop de batterie, mêlé à ces légumes effilés et croquants assaisonnés en Pickles, et cette sauce au piment végétarien, imprègnent encore notre mémoire gustative. La fatigue nous attaque à grand coup de bottes dans la gueule.
Le problème est que j’ai un site à livrer.
Mon ordi en face de moi commence à parler tout seul. Mon code me regarde, là, inutile. Ma console attend mes instructions, rien ne se fait avant 2H30 du matin. Après un rude combat contre le code, les bugs du serveur et mes paupières bien trop lourdes.

Au lit, vous pensez que c’est tout n’est-ce pas ? On mange, du coup on est fatigué et on va dormir ? Trompez vous vous… (yoda voice)

«Lendemain» matin, c’est l’hécatombe, cette courte nuit n’a pas du tout été réparatrice.

Madame travaille, je vais au tir (Suivez mes aventures ici : IG YellowShooter) on est tous les deux complètement amorphes, tels deux vegxico venant de partager une demie-seringue de spiruline fraiche. (vous avez suivi la blague ?)

La suite du week-end n’a pas été plus healthy d’un poil.
Travaux au spot coworking jusqu’à 2H du matin pour préparer nos 1an = encore plus de sommeil perdu.
Pour nous motiver notre hôte nous offre la tournée de burgers 1,2,3 Poulette ceux-ci sont si bons ! impossible de résister (en plus on avait faim).
Encore une fois c’est du pain… et même cuit au four, le pain reste du blé, qui contient du gluten qui… vous avez compris.

Lendemain, réveil encore compliqué et oui il faut se lever tôt, on va au Tir, à l’église tout ça…
Et le soir ? Invité chez la belle famille, les pâtisseries libanaises défilent sous nos nez fatigués… vous pensez qu’on a eu la force de résister malgré l’impolitesse dont on nous aurait accusé ?
C’était encore une fois très bon, très à base de blé et très mauvais pour notre système déjà bien fragilisé.

Merci gluten, my friend, merci.

Ça devrait revenir à la normal d’ici 2/3 jours. En s’appliquant à ne pas s’en remettre une couche. J’ai hâte.
D’ici là, ce sera le service minimum. Même si les idées fusent dans ma tête, le corps ne suit pas pour les mettre en œuvre.

Vous êtes le cumul de vos choix. Alors, Cumulez sain.

(Super conclusion non ? En vrai j’ai même la flemme de finir cet article)